L’Europa des champions

Alors que la Ligue des champions s’est lancée cette semaine dans sa phase finale, l’Europa League fait de même ce soir avec plusieurs belles équipes à l’affiche. Le casting trois étoiles de ces seizièmes de finale de la C3 amène un intérêt particulier à cette compétition, souvent considérée comme secondaire. Tour d’horizons des principaux favoris avant que le coup d’envoi ne soit donné dans la soirée.

FC SÉVILLE

Son parcours européen : Reversé dans le groupe A avec Qarabag, l’APOEL et Dudelange, le club andalou n’a éprouvé aucune difficulté à venir à bout de ses adversaires. Cinq victoires lors des cinq premiers matchs, le début de campagne était presque trop simple pour les Sévillans. La défaite lors de la dernière journée en déplacement à Chypre reste totalement anecdotique puisque la première place du groupe était déjà acquise.

Son passé en Europa League : Vainqueur de la compétition en 2014, 2015 et 2016, le FC Séville est un peu devenu la référence en ce qui concerne la petite sœur de la Ligue des champions. Bien que la saison passée ait été une déception avec une élimination en 1/16e de finale par Porto, le club espagnol est armé pour aller jusqu’au bout de la compétition et a l’expérience nécessaire pour décrocher une nouvelle fois le trophée.

Son adversaire : Cluj a surpris tout le monde en sortant d’une poule avec le Celtic, la Lazio et Rennes. Le club roumain a pu s’appuyer sur trois victoires chez lui et une à Rennes pour s’emparer de la deuxième place du groupe. La marche semble tout de même très abordable pour Séville qui devra se méfier du match aller en Roumanie. Un déplacement qui sera périlleux quand on sait que les Roumains restent sur 11 victoires d’affilée dans leur stade.

Embed from Getty Images

MANCHESTER UNITED

Son parcours européen : Sans être flamboyants, les Red Devils ont fait le travail en devançant Astana, l’AZ et le Partizan Belgrade. Toutefois, la phase de poule ne reflète pas ce que Manchester United montrera sur le terrain à partir des phases à élimination directe. Ole Gunnar Solskjær pouvait se permettre d’utiliser de nombreux jeunes au vu de la faiblesse de l’opposition. La donne va changer désormais et on devrait voir une toute autre équipe.

Son passé en Europa League : Trois ans après son titre, les Mancuniens sont de retour en C3 pour tenter de décrocher un titre européen. Le club n’y a plus participé depuis et compte bien être de la partie lors de la finale à Gdańsk.

Son adversaire : Les Anglais vont devoir se méfier du FC Bruges reversé de la Ligue des champions. Sans faire beaucoup de bruit, le club belge est passé tout près d’une victoire au Real Madrid et n’a clairement pas démérité lors de son déplacement au PSG. Bruges est désormais un habitué des joutes européennes et jouera crânement sa chance, sans complexe. Si Manchester ne prend pas cette double-confrontation avec le sérieux qu’elle exige, l’ogre britannique pourrait déchanter.

Embed from Getty Images

ARSENAL

Son parcours européen : Tout avait parfaitement commencé pour les Gunners en enchaînant une victoire 0-3 à Francfort et 4-0 contre le Standard. La victoire étriquée face à Guimarães (3-2) laissait présager une fin de campagne difficile. Viennent ensuite un nul au Portugal (1-1) et une défaite 1-2 face à Francfort. Arsenal n’est finalement pas passé loin de l’élimination mais a réussi à rester en tête du groupe pour un cheveu.

Son passé en Europa League : Longtemps habitué des plus grandes scènes européennes durant de nombreuses années, Arsenal se contente désormais de l’Europa League. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Cannoniers sont depuis passés tout près de la victoire. Une élimination serrée il y a deux ans en demi-finale face à l’Atlético Madrid et une finale perdue face à Chelsea l’an dernier, Arsenal n’est plus très loin du trophée. Ayant presque perdu tout espoir de rejoindre la Ligue des champions par le championnat cette saison, l’Europa League parait, à nouveau, comme la solution pour sauver une saison plus qu’en demi-teinte.

Son adversaire : Pas très impressionnant en Ligue des champions, l’Olympiakos ne pouvait pas vraiment espérer mieux dans une poule composée du Bayern, de Tottenham et de l’Étoile Rouge. Les Grecs sont toujours en Europe grâce à leur ultime victoire à Athènes face aux Serbes et ne semblent pas représenter un énorme danger pour les hommes de Mikel Arteta. Prudence tout de même à ne pas prendre cette adversaire trop à la légère pour le club du nord de Londres.

Embed from Getty Images

AJAX AMSTERDAM

Son parcours européen : Après deux rencontres de Ligue des champions, les résultats étaient sans appel : l’Ajax était toujours une machine de guerre. Deux victoires 3-0 (contre Lille et à Valence) ont suffi pour replacer les Ajacides au cœur de l’échiquier européen. C’est alors que la machine s’enraille. Une défaite face à Chelsea et un improbable 4-4 à Stamford Bridge après avoir mené 1-4 compliquent la situation néerlandaise. La victoire à Lille ne suffira pas à cause d’une défaite finale face à Valence. Résultat : le demi-finaliste de la dernière édition de la C1 prend la porte.

Son passé en Europa League : Finaliste malheureux il y a trois ans face à Manchester United, l’Ajax a fortement déçu l’année suivante en étant éliminé en barrages par Rosenborg. La demi-finale de Ligue des champions l’année dernière en sortant le Real Madrid et la Juventus a replacé le club amstellodamois sur la carte du football européen. Malgré les départs de De Ligt et De Jong, l’Ajax reste une équipe bien huilée et pourrait bien aller décrocher le titre pour couronner le retour au premier plan d’un géant du football.

Son adversaire : Getafe était attendu et n’a pas déçu. Les Espagnols ont fini deuxièmes de leur poule derrière l’intouchable Bâle mais devant Trabzonspor et Krasnodar. Les Azulones continuent sur leur lancée de la saison dernière en restant à la lutte pour le top 4. L’expérience néerlandaise devrait suffire pour se débarrasser du club espagnol.

Embed from Getty Images

INTER MILAN

Son parcours européen : On attendait un gros poisson de la poule de la mort et c’est tombé sur l’Inter. Très inconstant dans la plus grande des compétitions, le club milanais a du laissé Barcelone et Dortmund continuer leur route en Ligue des champions pour se contenter de la C3. Menant 0-2 à Dortmund dans le match considéré comme décisif, l’Inter pourra longtemps regretter ses absences sur le terrain et sa présence en Europa League.

Son passé en Europa League : Bien qu’habitué à la scène européenne, l’Inter a globalement déçu ces dernières saisons au niveau continental. En quatre participations en Europa League durant la décennie précédente, les Nerazzurri n’ont jamais dépassé les 1/8e de finale. De quoi remettre en perspective son statut de favori au titre. La course au Scudetto en Italie pourrait également donner envie à Antonio Conte de laisser de côté cette compétition pour détrôner la Juventus au sommet du football italien.

Son adversaire : Ludogorets s’est qualifié par la petite porte dans un groupe composé par le CSKA, l’Espanyol et Ferencváros. On retiendra notamment l’humiliation subie à Barcelone sur le score de 6-0. Pas de quoi faire trembler le club italien à priori.

Embed from Getty Images

ET LES AUTRES ?

Bien que favorites, ces cinq formations ne sont pas les seules à briguer le titre dans cette compétition. Plusieurs clubs allemands (Francfort, Bayer Leverkusen, Wolfsbourg) ou portugais (Benfica, Porto, Sporting, Braga) seront difficiles à sortir. On peut également noter les présences du Shaktar, de la Roma ou de Wolverhampton qui pourraient créer la surprise. Plus que jamais, l’Europa League semble ouverte cette année avec un panel d’équipes très intéressantes. Pour que plus grand bonheur des fans du ballon rond.

Articles récents

Catégories

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.