UEFA Europa Conference League : les petits pays vraiment gagnants ?

L’UEFA a officialisé le nom de la nouvelle compétition européenne à partir de la saison 2021-2022 : l’UEFA Europa Conference League. La plus grande instance européenne de football défend son projet en expliquant vouloir « donner à plus de clubs dans plus de pays une chance de participer au football européen ». Les « petits » pays du foot sont-ils vraiment les gagnants de ce nouveau tournoi ? Qu’est-ce qui changera pour les plus grands clubs ? Quel sera l’impact pour les compétitions déjà existantes ? Décryptage.

Embed from Getty Images

Ce qui ne change pas

Tout ne va pas être bouleversé par la réintroduction d’une troisième compétition européenne, vingt ans après la disparition de la Coupe des coupes. Concernant la Ligue des champions, rien ne va changer. Les modalités d’accession à la phase de groupes et aux différents tours de qualification ne sont pas modifiés d’un iota.

Autre élément important, aucun championnat ne va attribuer de ticket supplémentaire. Le nombre de clubs qualifiés pour une phase de groupes va passer de 80 à 96 mais il y aura juste moins d’équipes éliminées en qualification. Les inquiétudes de certains observateurs qui pensaient retrouver dans la nouvelle compétition des équipes du ventre mou de la Premier League ne sont donc pas fondées. Avec ce système, l’UEFA va augmenter le niveau de l’Europa League en enlevant les petits clubs des Balkans ou de Scandinavie pour les faire jouer entre eux sur le côté.

Embed from Getty Images

Le top 5 européen sauvé

Les cinq plus grands championnats européens (Espagne, Angleterre, Allemagne, Italie, France) ne sont pas fort impactés par cette réforme. Ce sont tout simplement les seuls pays qui ont l’assurance d’avoir deux équipes directement en phase de poules de l’Europa League. Le sixième championnat (russe pour le moment) garde également son vainqueur de la coupe dans les phases de poules de C3.

Le top 5 européen n’enverra qu’une équipe (en barrages) dans cette nouvelle compétition alors que la Russie enverra deux clubs en tours préliminaires.

Embed from Getty Images

La Belgique et le reste du top 12 floué

Les pays suivants au classement (Portugal, Belgique, Pays-Bas, Ukraine, Turquie, Autriche) vont sans doute avoir un peu plus de complications. L’équation est simple, ces pays n’ont plus de clubs qualifiés directement pour l’Europa League. Le vainqueur de la Coupe doit passer par un barrage dont le perdant sera reversé en Europa Conférence League. Les trois pays qui suivent au classement (République tchèque, Danemark et Grèce) ne subissent pas de changement puisque leur vainqueur de coupe sera, comme actuellement, envoyé au 3e tour préliminaire de la C3.

Les autres équipes ne seront donc plus qualifiées pour des tours préliminaires d’Europa League mais bien d’Europa Conférence League. Concrètement, Antwerp et La Gantoise cette saison auraient donc joué cette nouvelle compétition.

Embed from Getty Images

Les petits pays : un seul en C1 ou C3

C’est peut-être le changement majeur de cette réforme. Les pays hors du top 15 n’enverront plus qu’une équipe (dans le meilleur des cas) en Ligue des champions ou en Europa league. Les vainqueurs de coupe ou deuxièmes du championnat n’auront pas cette chance. Si la réforme avait eu lieu dès cette saison, des équipes comme le FC Bâle devraient passer trois tours préliminaires, seulement pour atteindre l’Europa Conférence League ! Rien de très existant…

Embed from Getty Images

Bilan : les petits pays encore et toujours perdants

L’objectif de l’UEFA va être atteint. Il y aura en effet plus de petits clubs de petits pays qualifiés pour les coupes d’Europe, mais la compétition en question ne fait rêver personne. Programmée le jeudi comme l’Europa League, l’Europa Conférence League ne va pas intéresser grand monde. Qui vibrera réellement devant ces matchs-là ? Je n’arrive même pas à l’imaginer.

Alors oui, sur papier, un petit club européen va pouvoir gagner une coupe d’Europe, c’est vrai. Mais le niveau sera tellement catastrophique qu’elle en perd de l’intérêt. Si la compétition avait déjà lieu cette année, les favoris seraient Francfort et Wolverhampton. Qui va vraiment vouloir regarder ça ? L’intérêt pour les clubs est minime. Les rentrées télévisées seront faméliques pour tout le monde, les affiches inexistantes, les stades vides. Bref, rien de très encourageant.

Comme à son habitude, l’UEFA pense à l’argent, à protéger les grands en donnant une récompense aux petits pour leur faire passer une pilule qui a bien plus mauvais goût qu’elle ne le prétend…

Embed from Getty Images

Liste d’accès actuel pour les coupes d’Europe (anglais) : https://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/competitions/General/02/56/23/79/2562379_DOWNLOAD.pdf?fbclid=IwAR3vaBoqYMQRTV7d2dpVmOp-JaJ90CVNv28sE9nUZk3z6QHQm2pLwAxKfts

Liste d’accès à partir de 2021 pour les coupes d’Europe (anglais) : https://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/uefaorg/General/02/58/61/42/2586142_DOWNLOAD.pdf?fbclid=IwAR3lPKSNrVs_AitB5Ac6ZvhF_xd6mo12L0jbhDZRiLhkjwWk338MBEmxX8c

Articles récents

Catégories

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.