Quoi de 9 au plat pays?

Derrière ce jeu de mots douteux se cache une réelle question. Alors qu’on vantait une abondance de talents offensifs ces derniers mois et le choix cornélien qui allait surgir au moment de coucher 23 noms sur une feuille, ce postulat semble s’égratigner avec la blessure de Michy Batshuayi. Quand on vous dit qu’un seul 9 vous manque et tout est dépeuplé.

Un sombre derby de la Rhur

C’est donc comme cela, sur une contre attaque, à la 90e+1, alors que son équipe est menée 2-0, que l’attaquant belge du Borussia Dortmund s’est blessé. Si l’hypothétique but qu’il aurait inscrit aurait été inutile pour son équipe, pour lui cela aurait encore gonflé des stats impressionnantes depuis son arrivée au BVB.

Au moment de se faire transporter en civière, il le sait. Il sait que sa Coupe du Monde est menacée. Ce pour quoi il avait changé de club, ce pour quoi il se battait dur comme fer. Car il n’avait jamais été en position aussi favorable pour venir titiller le King Rom sur son trône de cuir. Alors les larmes coulent. Son rêve s’est peut-être brisé. Celui d’arriver en pleine forme en Russie et d’y marquer les esprits. Sans doute.

Les options

Si dans certains pays sud-américains, mais aussi européens on connaît la table de 9 par coeur tellement ils sont nombreux et talentueux, en Belgique on doit s’avouer moins bien fourni. Quoique. Si leur nombre est acceptable, c’est leur niveau actuel qui inquiète un peu plus. Tour d’horizon des substituts possibles. Des substituts à Batshuayi qui était lui-même substitut de Lukaku. Cela permet de la relativiser. Entre-temps, Big Rom s’est lui aussi blessé, ce qui a eu le don de faire trembler toute la Belgique du football. On imagine mal devoir se de priver ces deux attaquants phénoménaux, mais le futur est incertain et même si les nouvelles sont rassurantes concernant ces deux buteurs, il est important de déjà se poser des questions. Prévoir, c’est à la fois supputer l’avenir et le préparer ; prévoir, c’est déjà agir.

Divock Origi
23 ans – Wolfsburg (p.)

Arrivé en 2015 sur les bords de la Mersey Divock Origi n’aura brillé que par épisodes, sans jamais convaincre. Klopp aurait beaucoup d’estime pour ce joueur. Cela ne l’a pas empêché de le prêter cette saison afin qu’il aille aiguiser ses dents du côté de loups de Wolfsburg. Un prêt mitigé dans un club qui a flirté avec la relégation directe. Niveau temps de jeu, les chiffres sont honorables. Avec près de 2000 minutes en Bundesliga c’est sa saison la plus remplie depuis sa dernière à Lille. Au niveau des statistiques offensives d’Origi, cette année avec Wolfsburg c’est 6 buts, 2 assits. C’est mieux que rien dirons certains, trop insuffisant pour d’autres. Ce prêt aura eu le mérite de lui offrir une saison avec beaucoup de jeu, ce qu’il n’aurait sans doute pas eu à Liverpool. La saison prochaine sera sans doute celle de la dernière chance avec les Reds, tant l’équipe finaliste de C1 regorge de ressources offensives.

Avec les Diables c’est encore plus compliqué. Sa dernière titularisation remonte à septembre 2016 dans cet amical perdu 0-2 face à l’Espagne, premier match de Martinez à la tête de l’équipe. Pour son dernier but (trois sous la vareuse Diables au total) il faut remonter à octobre 201 et un amical face à l’Islande.
Ce qui a longtemps joué en sa faveur sous Wilmots était sa capacité à jouer sur le front de l’attaque ou sur un flanc. Rapide et puissant, Origi a certainement les qualités pour faire partie des 23 et le coach fédéral n’a jamais caché son affection pour lui, mais en faire l’attaquant numéro 2 des Diables est une autre histoire.

Laurent Depoitre
29 ans – Huddersfield Town

Après un superbe titre avec La Gantoise, le Tournaisien surprend tout le monde en posant ses valises à Porto. C’est une année de perdue et à 28 ans on commence à faire les comptes. Il rebondit alors en Premier League et chez les promus d’Huddersfield Town. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’à l’issue de cette saison, on peut presque parler de conte de fées. Un pari un peu fou pour ce joueur aux qualités techniques limitées, mais avec un vrai sens du but et une volonté de bien faire. Six buts dont deux face à Chelsea et un face à ManU en 18 titularisations en championnat. Plutôt pas mal.

La question pour Depoitre est surtout de savoir s’il fera partie du voyage. En effet, il n’a jamais vraiment fait partie intégrante du groupe et il n’a disputé qu’une seule rencontre avec les Diables (Andorre en octobre 2015). De plus, la concurrence est rude et sa présence en Russie tiendrait du miracle. Mais il paraît que Depoitre aime les belles histoires.

Christian Benteke
27 ans – Crystal Palace

S’il y a bien un joueur qui, avec son passif en Diables, peut revendiquer une place de numéro deux, c’est bien lui. Lui qui fut aussi numéro un aux prémisses du renouveau noir jaune rouge. Mais le natif de Kinshasa est fragile. Lors de sa première saison avec Palace il avait sur rebondir après le semi-échec de Liverpool. Mais cette année, en plus des  blessures, les buts ne viennent pas. D’une saison passée à 15 buts, on est retombé à 3 cette saison.

Une méforme si fatale qu’elle pourrait lui coûter sa place en Diables, avec ou sans Batshuayi. Malgré cela, on n’imagine mal Martinez se priver d’un Christian Benteke capable d’ouvrir la boîte à tout moment, spécialement s’il faut forcer un résultat. Ses derniers buts remontent à un doublé en amical face à la Russie fin mars 2017. C’est aussi son avant-dernier match sous le maillot des Diables. Le cas Benteke divisera, c’est certain.

Landry Dimata
20 ans – Wolfsburg

Numéro un chez les espoirs, il aurait pu devenir une alternative. Mais sa saison à Wolfsburg ne plaide pas en sa faveur. Des statistiques faméliques pour ce jeune gars bourré de talent, mais qui semble encore avoir besoin de temps. Les départs de Pro League vers des championnats plus relevés sont donc souvent difficiles pour ces jeunes joueurs.

Il est clair que Landry Dimata est bourré de talent et qu’il deviendra sans doute une réelle alternative dans les années qui viennent, mais difficile de le considérer sérieusement comme un prétendant au voyage en Russie.

Loading...

Loading…

Les faux 9

La solution peut aussi se trouver parmi les tauliers actuels du groupe. Dans leurs clubs respectifs, des joueurs occupent, de manière régulière ou plus épisodique ce poste de numéro 9. Mertens en tête avec une saison énorme à ce poste l’an dernier. Malheureusement avec les Diables, l’unique fois où il a occupé ce poste, il n’a convaincu personne. Eden Hazard a aussi évolué à cette position à Chelsea, avec plus ou moins de réussite. Par contre, en équipe nationale, cette piste n’a jamais vraiment été testée.

L’avis du coach

Mais les clés sont dans les mains d’un seul homme qui, à quelques jours de la liste finale, a certainement déjà pris sa décision. Voici ce qu’il déclarait dans les colonnes de L’Avenir fin avril, peu après la blessure de Batsman. « On a beaucoup de joueurs à cette place d’attaquant de pointe. Je compte quatre n°9 (Romelu Lukaku, Michy Batshuayi, Divock Origi et Christian Benteke), plus Laurent Depoitre. Et je suis de très près Landry Dimatarévèle le sélectionneur belge. Il fait une excellente saison à Wolfsburg et avec les U21. Je n’écarte pas la possibilité d’intégrer un tout nouveau joueur, une sorte de facteur X. Mais que ce soit Dimata ou un autre, il devra savoir qu’il n’y a plus beaucoup de places à prendre, qu’il faudra sans doute profiter d’une défection. »

On le voit, la situation semble moins désespérée dans son chef. Martinez a donc une idée derrière la tête et si Batshuayi fait partie des 23 rien n’indique qu’un troisième neuf sera de la partie. Au profit d’un Thorgan Hazard par exemple. Cela serait surprenant de ne pas emmener un troisième buteur, surtout si les deux présents sont fragilisés. Réponse en ce lundi de Pentecôte.

Articles récents

Catégories

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.