Pro League: l’auberge espagnole du foot européen

Dans le dernier rapport mensuel de l’Observatoire du football CIES, on apprend que le Pro League fait figure de mauvais élève quant à la formation de joueur, ainsi qu’en pourcentage de joueurs expatriés évoluant en Pro League.

Source: http://www.football-observatory.com/IMG/sites/mr/mr19/fr/

« Ce Rapport Mensuel présente les principaux résultats du recensement annuel effectué depuis 2009 par l’Observatoire du football CIES sur le profil des joueurs actifs dans 31 ligues de première division de pays membres de l’UEFA.

L’échantillon se compose des footballeurs présents au 1er octobre ayant joué en championnat lors de la saison en cours ou ayant disputé des rencontres dans des championnats adultes lors de chacune des deux saisons précédentes. Les deuxièmes et troisièmes gardiens sont pris en compte dans tous les cas.

L’étude montre que la présence de footballeurs formés au club continue à décroître. Alors qu’elle était de 23,0% en 2009, elle passe à 19,2% en 2016. Il s’agit de la valeur la plus faible jamais enregistrée. En parallèle, le taux d’expatriés a atteint un niveau record en 2016: 38,7% (+3,9% depuis 2009).

La plus forte mobilité internationale des joueurs s’accompagne d’une instabilité croissante des effectifs. Le nombre moyen de footballeurs recrutés en cours d’année parmi ceux présents au 1er octobre est passé de 9,1 en 2009 (36,7% des effectifs) à 10,7 en 2016 (43,9%). Dans ce cas aussi, il s’agit d’un nouveau record ».

Formation

mr19fr_03372x856

Seul 14,5% des joueurs de Pro League sont formés dans leurs clubs respectifs. C’est peu, trop peu.

Selon la définition de l’UEFA, un joueur formé au club a évolué pendant au moins trois saisons entre 15 et 21 ans dans son équipe d’appartenance. En fonction des cas, un joueur peut ne pas avoir de club de formation, en posséder un ou même deux.

Migration

mr19fr_05372x818

Presque deux tiers (60,1%) des joueurs évoluant en Pro League ne sont pas des joueurs de nationalité belge.

La notion d’expatrié définit les joueurs évoluant en dehors du pays où ils ont commencé le football et d’où ils sont partis suite au recrutement effectué par un club étranger. Cette définition permet d’analyser les migrations directement liées à la pratique footballistique.

L’analyse historique montre que la part des expatriés dans les clubs progresse de manière constante. En 2016, pour la première fois depuis que notre recensement est effectué, le pourcentage d’expatriés est plus de deux fois supérieur à celui de joueurs formés au club : 38,7% contre 19,2%.

Source: http://www.football-observatory.com/IMG/sites/mr/mr19/fr/

Articles récents

Catégories

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.