« Cielito Lindo : chante et ne pleure pas »

Comme dit la chanson  mexicaine traditionnelle: “Canta y no llores, porque cantando se alegran Cielito Lindo los corazones “. Littéralement, cela signifie “Chante et ne pleure pas, parce que quand tu chantes les cœurs se ravivent, petit nuage”. Depuis hier soir, le Mexique pleure son football avec une sèche défaite : 7-0. Retour sur ce naufrage collectif.

Le Mexique a subi hier, 18 juin 2016, la pire défaite de son histoire, tombant par une excellente équipe du Chili. Il était pourtant invaincu en 22 matchs et avait le plus grand soutien de toute les équipes de la Copa America. Certes, les aztèques n’étaient pas favoris selon certains spécialistes, mais ils ne pensaient pas perdre de la sorte : 7-0. La critique qui prédomine est la suivante : « le Chili a été bon, mais il n’a pas été aussi bon ». En effet, les Mexicains avaient déjà montré des failles car ils étaient trop vulnérables et n’avait montré aucune capacité à bloquer les équipes qui attaquaient à un rythme élevé dans ce tournoi. El Tri faisait les bons insouciants vers l’avant permettant constamment des espaces pour que les ailiers chiliens puissent sortir et attaquer en rythme.

Mais pourquoi ? Ou plutôt « comment pouvons-nous avoir la balle pour la troisième attaque? » En vertu d’avoir un milieu de terrain complètement disjoints, et de même pour l’approche tactique, El Tri a donné au Chili la réponse: profitez des espaces et dribblez juste dans le dos de la défense.

Mais en tant que tel, le Chili a moins tenté de passes au total dans le tiers offensif, mais étaient plus direct, plus efficace.

la

Et puis, une autre raison est la ligne arrière mexicaine qui a été constamment dans un embrouillage total, et où le Chili a pu compléter ses passes avec facilité.

Quand on regarde ce match, on pense directement à un certain 7-1 : le ‘massacre’ de l’Allemagne sur le Brésil en 2014. Le Mexique était pourtant entièrement préparé pour les défis tactiques présentés par une équipe chilienne qui a joué à peu près le même style de jeu pendant quatre ans, et ils étaient entièrement préparés à jouer ensemble. Aussi, inutile de rappeler qu’en match de préparation de la Copa, les aztèques l’avaient emporté 1-0 face à la Roja.

En rétrospective, les questions seront soulevées au sujet de savoir si Raphael Márquez auvait pu jouer ce match et fournir l’expérience nécessaire pour garder le Mexique en vie et éviter de capituler de la sorte. Andrés Guardado, a été suppléant en tant que capitaine en son absence, et Héctor Herrera a largement échoué et n’a pas réussi à s’imposer au milieu de terrain. Jesús « Tecatito » Corona, le héros du tirage au sort de lundi avec le Venezuela, a montré des éclairs de sa qualité, mais les attaquants du Mexique semblaient être sur des longueurs d’onde bien différentes.

Mais faut-il alors blâmer l’entraîneur Juan Carlos Osorio ? Le débat est lancé mais, dans l’ensemble, nous pouvons effectivement penser que le Mexique a plus de talent que le Chili, mais que le talent n’a jamais eu la chance de jouer ensemble pour un effort significatif. Résultat : 7-0 bien placé et bravo les Chiliens !Osorio_0

Il a également été lieu d’une nuit de justification pour Juan Antonio Pizzi (entraineur du Chili), qui avait obtenu une seule victoire à ses cinq premiers matchs après avoir remplacé Jorge Sampaoli en Janvier. Mais aujourd’hui, il a orchestré trois victoires consécutives au cours des huit derniers jours. Son côté pressing sans relâche a déchiré à plusieurs reprises la défense du Mexique avec, notamment, Eduardo Vargas,  revendiquant quatre buts et en prenant son total dans le tournoi à six en quatre matches. Exemple que la défense de la Roja reste en vie et qu’ils feront dès lors face finalement contre la Colombie en demi-finale ce mercredi.

« Chante mais ne pleure pas », telle est la devise que devront assimiler les Mexicains pour se défaire de ce goût amer qui risque de les hanter durant les prochaines années.

Articles récents

Catégories

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.