Laurent Béton est-il le nouveau ciment de l’équipe belge ?

5 Août 1985, Farciennes, la naissance d’un mythe

Monsieur et madame et Ciman ont le plaisir de vous annoncer la naissance du petit Laurent. Un beau bébé, chauve, déjà, le petit Laurent n’a pas pleuré lors de l’accouchement, d’ailleurs, la légende raconte que Laurent ne pleure jamais. Laurent a des faiblesses, un caractère bien trempé et des problèmes d’éthique sportive. Contrôlé positif au cannabis en 2005 lors d’un match de coupe Intertoto (pour les anciens).Mais l’homme est fort, plus fort que tout ces petits soucis. Laurent est écarté deux mois des terrains. Mais la tête de caillou fait preuve d’une force mentale étonnante, Ciman abandonne ses vices et adopte ses bonnes vertus à jamais. Il s’impose alors comme patron, 94 matches avec les zèbres de Charleroi, Lolo signe alors à Bruges, en 2008, il y disputera 22 matchs avant d’être prêté à Courtrai ou il jouera 33 matchs. Mais la maison de Ciman, c’est en bord de Meuse, à Liège. Le Standard échange alors Marcos Camozzato contre l’homme au crâne d’argent en 2010. Ciman explose. 186 matches et 6 buts inscrits entre 2010 et 2015, avec sûrement, comme plus beau moment, son but d’Adieu aux supporters contre Anderlecht.

Le choix du cœur

Nina. Le prénom est superbe et l’histoire émouvante. Liège est en ébullition. Le Standard de Liège reçoit son rival bruxellois. Une petite reprise de volée bien placée qui termine dans le petit filet de Proto, Ciman a toujours aimé Sclessin, et il lui rend bien. Le lendemain, il s’envolera pour l’Impact Montréal alors que plusieurs grands clubs européens étaient intéressés par l’achat du liégeois. Si Lolo s’envole au Canada, c’est pour Nina, sa petite fille autiste, là-bas, il gagnera moins d’argent, moins de notoriété, moins de chance d’être appelé par Wilmots, mais là-bas, Nina sera soignée par des technologies qu’on ne peut trouver qu’au Canada. Ce Clasico n’était plus le Clasico « Anti-Defour’ mais bien « Pro-Ciman ». A Sclessin, on dit au revoir légende, prends soin de ta famille, et merci.

L’impact qu’il fallait
Bienvenue à Montréal ! Ici, Ciman va bien, Nina et sa femme aussi. Maintenant que la petite famille progresse, Lolo se concentre sur le foot, et commence fort, un quart de final de… Champion’s League ! Hé oui, l’Amérique aussi a ses propres compétitions continentales. Un an et demi là-bas, le belge y a déjà joué 53 matchs pour trois buts inscris. Les supporteurs du club montréalais l’adorent !

En partant pour le pays des ours et des élans, Lolo le savait, il faisait probablement un pas qui l’éloignait de la sélection des diables, en effet, le 12 mai 2016, le nom de Laurent apparaît en petit, à côté du mot « réservistes: » entre Kabasele, Chadli et T. Hazard. Oui mais, comme une récompense pour sa bravoure, comme un retour du karma, comme le malheur des uns fait le bonheur des autres, Vincent Kompany et Nicolas Lombaerts sont déclarés absents pour l’Euro 216. Nous sommes le 22 mai 2016, et Marc Wilmots passe un appel qui va traverser l’Atlantique, qui va traverser le cœur de Ciman.

Prendre ses responsabilités

Le 5 juin 2016, Stade Roi Baudouin, Belgique-Norvège, les diables sont dans le pâté. Certes, Romelu Lukaku a bien ouvert le score après 3 minutes, mais après, nada, rien, manque de créativité, d’envie, de hargne. Pire, même, les belges sont battus à la marque depuis la 48ième minute. Wilmots sort alors ses as de sa manche. D’abord avec Marouane Fellaini, et puis ensuite, simple changement, Denayer sort après 66 minutes très moyennes pour Laurent Ciman. La suite, on la connaît.  But d’Eden Hazard, la Belgique pousse, une tête chauve et pleine de rage de Laurent Ciman délivre les belges. Voilà l’histoire d’un homme qui a fait le choix du cœur, et qui sort vainqueur du fait d’voir voulu protéger sa petite fille, qui devait être si fière ce jour-là.

Lundi dernier, face aux italiens, Ciman était certainement le meilleur belge sur le terrain, ou le moins mauvais… Wilmots, sous le feu des critiques actuellement, a annoncé le choix de ne pas le titulariser dimanche face à l’Eire. Ce sera Thomas Meunier qui commencera en back droit, un joueur plus offensif, qui sait apporter des ballons à une attaque belge malade. On espère revoir l’homme au crâne brillant le plus vite possible, peut-être face à la Suède de Zlatan Ibrahimovic. En MLS, Lolo a l’habitude de défendre face à de grands attaquants comme Pirlo, Gerrard, ou Lampard. Il pourra peut-être reprendre ses automatismes qui font de lui un des meilleurs défenseurs de la ligue américaine face au géant de Malmö.
A 30 ans, Ciman est plus proche de la fin que du début de sa carrière, certains disent qu’il a le syndrome Van Buyten, c’est à dire qu’il est né trop tard ou trop tôt, et donc condamné à vivre sa meilleure période avec une génération de plomb, et non une génération dorée. Lolo fait partie de ce genre de joueurs que tout le monde aime.

Sylvain Anciaux

Articles récents

Catégories

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.